La situation économique et financière de la commune

La commune fait partie de la Communauté de Commune du Pays d'Azay le Rideau, en compagnie de : Azay le Rideau, Bréhémont, Cheillé, Lignières de Touraine, Pont de Ruan, Rigny-Ussé, Rivarennes, Saché, Thilouze, Vallères et Villaines les Rochers.

Située sur une zone inondable en cas de crue exceptionnelle de la Loire, la commune ne peut envisager dans l'état actuel des choses de nouvelles constructions en dehors de celles déjà prévues , ce qui bloque toute perspective d'évolution démographique importante.
Au dernier recensement (1999), elle comptait 498 habitants ; cependant, par le jeu des réhabilitations d'habitat existant et le rajeunissement d'une partie de la population, ce chiffre devrait se rapprocher des 600 habitants lors du recensement de début 2008.

La population est répartie géographiquement sur le bourg et différents hameaux éparses et éloignés, ce qui ne facilite pas l'installation d'équipements collectifs.
A ce jour, seul le Bourg a pu bénéficier d'un assainissement collectif, avec la construction d'une station d'épuration.
En 2007, le centre bourg a été entièrement rénové en gardant le cachet original qui fait son charme.
Les voies communales sont refaites régulièrement à tour de rôle, en tenant compte des besoins que nécessite leur état.

Principaux indicateurs financiers (source Trésorerie d'Azay le Rideau)

Les charges réelles de fonctionnement (charges de personnel, charges financières, entretien des bâtiments et matériels, etc..) représentent 366 € par habitant contre 504 € pour la moyenne des communes du département d'Indre et Loire.

Les impôts locaux constituent 66% de l'ensemble des ressources fiscales (137 € par habitant contre 231 € dans le Département et 275 € dans la Région.
Cela place la commune parmi celles dont le taux d'imposition est le plus bas.
Ils se décomposent ainsi : 56% pour la taxe d'habitation, 35% pour le foncier bâti et 9% pour le foncier non bâti.

Endettement : Début 2007, l'encours des dettes de la commune représentait 163 €/ habitant, soit un des plus faibles du département dont la moyenne est 499 €/habitant.
Ainsi le remboursement de la dette en capital est de seulement 16€ par habitant, contre une moyenne départementale de 62€…

Trésorerie : Elle représente à elle seule plus de quatorze mois de dépenses de fonctionnement, mettant la commune à l'abri d'un coup dur imprévu.

En résumé : La commune de la Chapelle aux Naux est en excellente santé financière.
Avec un coefficient de mobilisation du potentiel fiscal de 66%, elle se distingue de la plupart des autres communes de la Communauté de Commune par la faiblesse de l'effort financier demandé à ses contribuables.

page précédente
page suivante